Cabinet de Gynecologie du Docteur Stéphane OKS
Cabinet de Gynecologie du Docteur Stéphane OKS

CICATRISATION, CICATRICES

Cette information concernant la cicatrisation de la peau est rédigée par mon ami le Docteur Jean-Pierre MARTINETTO, chirurgien esthétique, plastique et reconstructeur à Montpellier.

 

Le processus de cicatrisation s'applique à TOUS les tissus dans TOUS les organes, mêmes profonds, bien entendu.

Les cicatrices sont inévitables, définitives et indélébiles.

Sauf si elle est très superficielle, toute plaie, toute brûlure, toute incision chirurgicale, toute infection, toute lésion qui détruit le derme, laissera une cicatrice définitive et indélébile. Même la chirurgie esthétique laisse des cicatrices, et il est actuellement impossible de faire disparaître une cicatrice, y compris par le laser ou par la chirurgie esthétique. Mais il est parfois possible d'améliorer l'aspect d'une cicatrice dans certains cas.

La cicatrisation est un processus qui évolue pendant plusieurs
mois.

Avant même de pouvoir juger de l'aspect définitif d'une cicatrice, et de la considérer comme stable, il faut attendre de 6 à 36 mois selon les cas, car la cicatrisation de la peau est un processus évolutif et
long. Elle évolue pour l'observateur d'une façon stéréotypée pendant plusieurs mois :

  • immédiatement après l'ablation des fils, la cicatrice est habituellement belle, fine, linéaire.
  • mais dans les 4 à 8 semaines qui suivent, elle devient progressivement dure, rouge, légèrement boursouflée,   et   elle   s'accompagne   de   démangeaisons.   Ce   stade « hyperplasique » initial, parfaitement normal, passe par un maximum d'intensité variable vers le premier ou le deuxième mois.
  • ce n'est qu'après ce délai qu'elle commence à blanchir, à ne plus démanger, à s'aplatir et à s'assouplir, pour prendre progressivement son aspect définitif et stable au bout d'un an environ (parfois plus, parfois moins).
  • l'évolution se termine alors en laissant une cicatrice définitive et indélébile, plus ou moins discrète, normalement souple, blanche,
    insensible et indolore. Il n'existe jamais de poils ni de glandes sudoripares dans une cicatrice. Finalement, la Nature prend son temps, et il faut
    avoir la patience d'attendre le résultat, car elle améliore généralement beaucoup les choses.

    Jusqu'à ce jour, aucune crème, aucune pommade, aucun produit, aucun procédé, n'a fait la preuve scientifique de son efficacité pour accélérer le processus de la cicatrisation ou pour améliorer l'aspect d'une cicatrice.

La cicatrisation doit être protégée du soleil.

Que la cicatrice résulte d'une suture ou qu'elle résulte de l'évolution spontanée d'une plaie, elle doit absolument être protégée du soleil
pendant tout le temps que dure son évolution, c'est à dire tant
qu'elle est rouge ou rosé, ce qui peut prendre de 6 mois à 3 ans selon les cas. Car une cicatrice fraîche peut bronzer ; et si elle bronze sa pigmentation sera définitive (« dyschromie »), ce qui est inesthétique sur une peau qui a débronzé. La protection solaire doit donc se faire par tous les moyens possibles :

  • éviter l'exposition au soleil
  • porter des vêtements (ou chapeau) qui recouvrent la cicatrice
  • et plutôt que de cacher la cicatrice avec un pansement, la recouvrir avec une crème solaire écran total en cas d'exposition directe inévitable. Renouveler cette crème toutes les 2 heures.

La cicatrice reste un mystère.

En fait, l'aspect définitif d'une cicatrice est entièrement imprévisible. Le seul paramètre que le chirurgien contrôle est la méthode de suture, qui doit évidemment s'efforcer de laisser le moins de traces possibles. Mais la cicatrice, qui ne peut être définitivement jugée qu'au bout de 6 à 36 mois, résulte de facteurs multiples et incontrôlables. Habituellement, certaines régions du corps cicatrisent de façon très discrète, en laissant des traces très fines. C'est souvent le cas des paupières et des joues. Dans d'autres régions du corps, telles que le dos et les genoux, il existe des tensions importantes de la peau lors des mouvements, et les cicatrices y sont souvent très larges, malgré toutes les précautions prises lors de la suture. De façon générale, quelle que soit la région du corps, et en l'absence de complications, il est très fréquent d'observer sur une même cicatrice des zones fines qui alternent de façon incompréhensibles avec des zones plus ou moins élargies ou boursouflées. Cette incertitude concernant le résultat esthétique d'une cicatrice existe pour chaque intervention. En particulier, lorsqu'une cicatrice jugée inesthétique est reprise dans le but d'en améliorer l'aspect, le résultat final de l'intervention est aussi incertain. Même en l'absence de complications, il est malheureusement possible que le résultat final soit aussi visible que la cicatrice initiale...



Lorsque la cicatrice est anormalement boursouflée, on parle de cicatrice « hypertrophique » et de cicatrice « chéloïde ». La première s'améliore très lentement mais sûrement. La seconde n'a aucune tendance spontanée à s'améliorer. Dans les deux cas, parlez-en avec votre chirurgien.

LE SAVIEZ-VOUS ?

  • Les microbes qu'on trouve dans une plaie proviennent du patient lui-même dans l'immense majorité des cas, et non du milieu extérieur.
  • Non seulement il est normal de trouver ces microbes dans une plaie, mais encore le pansement n'a pas pour but habituel de les faire disparaître.
  • Les antiseptiques n'ont aucune utilité prouvée dans une plaie et peuvent même être nuisibles. L'eau du robinet suffit dans tous les cas à nettoyer une plaie.
  • La douche quotidienne à l'eau du robinet et au savon n'est jamais interdite en cas de plaie, bien au contraire.
  • Les antibiotiques peuvent être dangereux car ils sélectionnent des microbes qui leur résistent.En matière de plaies et de cicatrisation, les antibiotiques ne doivent être utilisés que dans certains cas,
    qui sont rares en pratique.
  • La nature est bien faite, et nous cicatrisons le plus souvent malgré le pansement. Il suffit pour s'en convaincre de se déplacer dans le tiers monde et les milieux défavorisés.
  • Aucun pansement, aucun procédé moderne ne permet réellement d'accélérer la cicatrisation.

    Seule la chirurgie permet d'accélérer la cicatrisation d'une plaie lorsqu'elle est nécessaire et lorsqu'elle est possible.

Nous contacter et prendre rendez-vous

Docteur Stéphane OKS

Cabinet de Gynecologie

Centre Médical LE CAPOULIE

6 rue Maguelone

34000 MONTPELLIER

 

Téléphone

0467561187

 

Nos horaires d'accueil

Lundi 09h00-19h30

Mercredi 09h00-19h30

Jeudi 09h00-19h30

Vendredi 14h00-19h30

 

Plateaux Techniques

accouchements, chirurgie : Clinique Saint-Roch

bilans urodynamiques: Centre de la Mutualité Rue de la 32° (derrière la Secu boulevard Gambetta)

 

RV anesthésiste

A la Une :

Vers un nouveau scandale sanitaire??

les fast-food de l'info récidivent: après les pilules qui tuent voici ESSURE

 

Saint Roch 2 "les grisettes":

La nouvelle Clinique Saint Roch fonctionne depuis un an

 

Procréation médicalement assistée à l'étranger:

précisions du Conseil National de l'Ordre des Médecins

 

vaccination antigrippale

le vaccin est dispo: la rumeur redémarre... comme pour le vaccin contre HPV, ou hépatite B

 

vaccination contre HPV: du nouveau!

 

Nouveautés

Nouvelle Clinique Saint Roch

Le déménagement a eu lieu début 2016. Avec 3 collègues, nous avons un local dans la nouvelle clinique pour y consulter chacun un jour par semaine ( moi le vendredi)

 

Doctolib

On peut prendre rendez-vous en ligne. Allez sur http://www.doctolib.fr et c'est fait en 2 clics !

Informations patients

Des fiches d'informations médicales, chirurgicales, obstétricales vous sont proposées

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Cabinet de Gynecologie